✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

La nature en danger - Une extinction massive des espèces est annoncée pour le XXIe siècle


La disparition des dinosaures a marqué, il y a 65 millions d'années, la cinquième extinction massive d'espèces. Un animal ou une plante disparaîtrait toutes les vingt minutes. Abordons-nous la sixième crise de la vie ? La disparition des espèces s'accélère. Le rythme d'extinction des vertébrés et des plantes est déjà cent fois plus important que lors des temps géologiques, il y a des dizaines de millions d'années. Cette vitesse devrait être multipliée par 100 dans les prochaines décennies, soit un rythme 10 000 fois supérieur au taux estimé comme naturel.

Lors des grandes crises d'extinction, jusqu'à 95 % des espèces ont pu disparaître d'un coup, du moins à l'échelle paléontologique, sur plusieurs millions d'années. Je ne sais pas si on peut mettre ce qui se passe actuellement sur le même plan, mais la communauté scientifique pousse un cri d'alarme : nous sommes en train de modifier les systèmes naturels à tel point que des extinctions massives risquent de toucher tous les groupes d'êtres vivants, du champignon au gorille.


Pourquoi cette accélération ?

Les grands animaux, notamment les herbivores, disparaissent sur la plupart des continents depuis l'avènement des sociétés humaines, il y a des milliers d'années. Mais l'accélération actuelle, depuis la révolution industrielle, est principalement due à la destruction des habitats : déforestation, urbanisation, changement d'utilisation des terres...


La croissance des échanges internationaux entraîne également une propagation des espèces d'un continent à l'autre. Or une nouvelle espèce introduite peut devenir un prédateur ou un parasite très efficace des espèces locales, ce qui peut détruire une grande partie de la faune ou de la flore.


Que dire du changement climatique ?

C'est le troisième facteur qui menace la biodiversité. Selon une étude dirigée par Chris Thomas en Grande-Bretagne et basée sur les projections climatiques du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), la planète pourrait perdre à l'horizon 2050 jusqu'au tiers des espèces existantes.
Sa méthodologie a été fortement critiquée. Mais l'exercice est intéressant. Peut-être que les espèces vont s'adapter. Mais il ne fait pas de doute que le changement climatique va devenir un facteur critique.


Quelles seront les conséquences sur les sociétés humaines en 2050 ?

A priori, pendant un certain temps, les conséquences de la perte de biodiversité ne seront pas perceptibles. Puis des catastrophes vont se produire : invasions de nouvelles espèces, émergence de maladies, y compris pour les plantes, perte de la productivité des écosystèmes.


Je viens de travailler sur les pollinisateurs naturels : la pollution chimique et la destruction des habitats entraînent leur disparition. Or il est démontré expérimentalement que, en réduisant la diversité des pollinisateurs, certaines plantes se reproduisent moins bien et s'éteignent.


La planète va-t-elle manquer de ressources agricoles ?

Cela va être un problème dans certains pays, mais je ne pense pas que ce le sera à l'échelle mondiale. Il existe des marges de manoeuvre importantes : des terres sont encore non utilisées, une agriculture plus performante peut être mise en place. Mais pour satisfaire cette demande agricole, des habitats naturels vont être détruits, ce qui va encore accélérer la perte de biodiversité et le changement de climat.


Pourrait-on fabriquer des espèces pour compenser ces pertes ?

Imaginer qu'on puisse créer une espèce en ajustant les mécanismes encore méconnus qui la régissent me paraît une perspective très lointaine. Je ne dis pas que c'est impossible, mais ce n'est pas envisageable en tout cas à l'horizon 2050.


Quels sont les moyens d'accroître la biodiversité ?

Tout d'abord, arrêter les destructions des habitats. C'est une mesure d'urgence. A plus long terme, il faut que l'homme réapprenne à vivre avec la nature. Je pense que cela est possible tout en gardant un mode de vie moderne. Cela veut dire repenser la structure spatiale des villes et de la campagne. Soit nous réussissons à réaliser une fusion plus importante de la ville et de la campagne, soit nous faisons des villes plus agréables à vivre.


Dans un monde globalisé, chaque individu devrait être amené à se penser non pas comme une personne isolée dans un endroit donné, mais comme un maillon d'une chaîne qui le relie à la nature. Si on parvenait à éduquer les enfants et les citoyens à réfléchir de cette façon-là, nous serions tous beaucoup plus connectés non seulement à la nature, mais aussi aux autres


Près de 9 milliards d'habitants peupleront la planète en 2050, soit 50 % de plus qu'aujourd'hui. Va-t-on pouvoir inverser le processus de destruction de la biodiversité ?
La période est critique. Tout se déroule actuellement à des vitesses invraisemblables. Nous détruisons, et les systèmes naturels n'ont pas le temps de s'adapter. Nous commençons à voir quels sont les impacts de nos agissements sur le climat, la productivité des pêcheries ou de l'agriculture. Parallèlement, la population va augmenter de façon substantielle. Les limites de résistance de la nature sont extensibles, mais pas à l'infini.


L'histoire de l'humanité, c'est un peu celle du nénuphar qui se développe dans l'étang. Il commence par en occuper une fraction infime, double de taille, se multiplie jusqu'à couvrir la moitié de l'espace. A la génération suivante, il s'est répandu sur tout l'étang et ne peut plus croître. Nous avons colonisé pratiquement toute la surface de la planète. Nous arrivons à un point où il faut se poser des questions sur notre modèle de société.


Propos recueillis par Hervé Kempf


CHIFFRES
1,75 MILLION D'ESPÈCES, dont 1,3 million d'animaux (950 000 insectes), 288 000 plantes et 72 000 lichens et champignons, sont inventoriées. Le nombre d'espèces total est estimé à une dizaine de millions.
DEPUIS LE XVIIE SIÈCLE, 113 espèces d'oiseaux (sur 9 900) et 83 de mammifères (sur 4 800) se sont éteintes.
9 % DES ESPÈCES DE VERTÉBRÉS et 3 % de celles de plantes sont aujourd'hui en danger, selon l'Union internationale de conservation de la nature (UICN).


CHRONOLOGIE
Cinq périodes d'extinctions massives :

  • voilà 438 millions d'années, disparition de 70 % des espèces d'animaux marins,
  • il y a 370 millions d'années, extinction de plus de 30 % des espèces animales,
  • voici 250 millions d'années, la plus grande crise, effacement de plus de 90 % des espèces animales,
  •  il y a 215 millions d'années, destruction de 75 % des espèces marines,
  • il y a 65 millions d'années, perte de 70 % des espèces, dont les dinosaures.

À LIRE

  • Philippe Dubois, Vers l'ultime extinction ?, éd. La Martinière, 2004.
  • SUR LE NET : www.iucnredlist.org

Source : Le Monde 7 janvier 2006



Début Précédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 ] SuivantFin

Plan | Info | Imprimer | Permalien
COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 1038433 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 Une campagne pour faire dérailler le train LGV : les tracés qui effraient en Provence verte Bulletin du Revest Le Lyon-Turin en danger ? Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 11 juillet 2011 TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille Locale Toulon 6 février 2013 Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 TGV Rhin Rhône : RCF 13 septembre 2011 On reparle de la LGV Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 AG La Farlède 30 novembre 2012 Fiches des variantes Toulon LGV PACA : le vrai débat commence maintenant GRAPACA Les anti-LGV repartent au combat Fuseau Cuges-Ollioules LGV PACA une erreur d'aiguillage ? La SNGC privée de LGV Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" Des coupes claires à venir dans les projets TGV Manif à Turin : ils étaient 30.000 FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" Fuseau Toulon-Pierrefeu TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? Copil 12 juillet 2012 Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 Schéma des variantes Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » 7 juillet 2014 Tracé du Beausset à Solliès TGV : les viticulteurs ont le train triste Tracé Nord de la LGV : LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. Locale Toulon 7 septembre 2012 Poursuite des études sur la LGV PACA 9 janvier 2013 12 juillet 2012
Haut Bas