✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

LGV d'ailleurs - Le TGV Lyon Turin et les besoins de la population


up
down

Depuis le mois de novembre, la région du Val de Suse, en Italie, est le théâtre d'une véritable mobilisation de la population. Celle-ci vise le projet de ligne TGV Lyon-Turin qui devrait traverser cette vallée alpine, toute proche de la frontière française.


Une réaction compréhensible


La vallée sert déjà de passage à deux routes nationales, une voie ferrée et une autoroute parcourue par un flot incessant de camions. Ses habitants, qui en ont assez, ne veulent pas y voir, en plus, passer une ligne TGV dont il n'est même pas dit qu'elle ferait diminuer le trafic routier. Sans parler des nuisances que risque de causer, pendant les quinze ans que devraient durer les travaux, la noria de camions qui desserviront le chantier de creusement du tunnel de 53 kilomètres entre l'Italie et la France. D'autre part, ce tunnel impliquant le creusement de couches rocheuses contenant de l'amiante et de l'uranium, les habitants en craignent les conséquences.


La réaction de rejet est d'autant plus compréhensible que rien n'a été fait pour consulter la population locale et lui donner des garanties sur les conditions dans lesquelles se dérouleront les travaux et sur leur impact environnemental. Enfin, à ceux qui les accusent d'être opposés au progrès représenté par le TGV, les comités "No-Tav" (No al treno ad alta velocità) ont de quoi répondre: pourquoi cette dépense d'au moins 15 milliards d'euros pour gagner une heure et quelques sur le trajet Lyon-Turin, alors que, selon une étude, l'adaptation de la voie et du tunnel actuels seraient suffisants et coûteraient moins de deux milliards? La façon dont une partie des travaux ont été adjugés à l'entreprise de famille du ministre des transports Lunardi est peut-être la réponse.


Pour la population, des trains à grande lenteur

Les opposants au projet demandent aussi pourquoi donner cette priorité à un TGV que seule une minorité utiliserait, alors que l'ensemble du réseau ferré italien, faute d'investissements, est dans un véritable état d'abandon. Tous ceux qui utilisent quotidiennement le train pour se rendre à leur travail doivent endurer les conséquences de trains lents, délabrés et souvent en retard, quand ce n'est pas carrément en panne. La sécurité laisse aussi à désirer comme l'a encore montré la collision qui s'est produite le 20 décembre entre deux trains dans une gare au sud de Rome. Le machiniste n'aurait pas vu un signal rouge, mais le train n'était pas équipé du système de sécurité entraînant l'arrêt automatique. Il y a un an, au mois de janvier 2005, une collision du même type sur une voie unique en banlieue de Bologne avait fait 17 morts.
Après l'accident du 20 décembre, Trenitalia, la société qui gère les transports ferroviaires, a préféré reporter à plus tard l'inauguration de la ligne TGV Rome-Naples, prévue le lendemain. Le mécontentement monte en effet contre sa légèreté doublée d'arrogance. Depuis le 11 décembre, de nouveaux horaires sont en place qui, en "régionalisant"  les trains, aboutissent à les rendre encore plus malcommodes et à multiplier les retards. Cela n'a pas empêché des publicitaires de vanter le train dans un spot où un acteur annonce que, pour les fêtes, il va "retrouver l'oncle Piero à Matera grâce à Trenitalia". Hélas, les auteurs du spot ignoraient semble-t-il que la gare de la ville de Matera, dont la construction a commencé dans les années 1990, attend toujours d'être reliée au réseau Trenitalia !


Travaux interrompus

Face à cette politique "à deux vitesses" des dirigeants des chemins de fer italiens, et du gouvernement, le refus du TGV de la part des habitants du Val de Suse rencontre donc une compréhension certaine. Le gouvernement a bien fait évacuer violemment par la police, début décembre, les manifestants occupant le chantier du TGV. Mais quelques jours plus tard, arrivant par les divers sentiers de montagne, ceux-ci ont réoccupé la place. Des manifestations massives ont eu lieu, dont l'une à Turin, le 17 décembre. Tout en accusant les manifestants de créer violence et désordres, le gouvernement Berlusconi a dû céder du terrain devant la mobilisation. Il a promis de bloquer les travaux dans l'attente d'une étude des projets alternatifs et d'une discussion avec les maires de la vallée.


L'affaire ne fait sans doute que commencer. Des dissensions se font jour entre les maires, prêts à une concertation avec les pouvoirs publics, et les comités "no-Tav" opposés à un compromis. Les partis de centre gauche, qui pourraient succéder au printemps au gouvernement de Berlusconi, évitent de s'engager.
Reste qu'on ne peut que se sentir solidaire des habitants de la Vallée de Suse dans leur lutte. Ceux-ci n'acceptent pas qu'au nom du progrès, on leur impose n'importe quoi. Et si en effet le train à grande vitesse est un progrès, il ne dispense pas de demander des comptes sur les priorités choisies, sur le tracé, sur la façon dont les fonds sont dépensés et à qui ils profitent, sur cette gestion des chemins de fer et des transports ferroviaires qui se fait au mépris des besoins réels de la population et des intérêts du personnel. Il est à souhaiter que la lutte de la population du Val de Suse contribue à mettre vraiment cette politique en accusation.


André FRYS


Source : Lutte Ouvrière n°1952 du 30 décembre 2005



Début Précédent 10 pages précédentes [ 11 12 13 14 15 16 17 18 19 ] SuivantFin

Plan | Info | Imprimer | Permalien
COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 1005417 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres Le Lyon-Turin en danger ? RCF 13 septembre 2011 Fuseau Cuges-Ollioules JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 Poursuite des études sur la LGV PACA Fuseau Toulon-Pierrefeu LGV PACA : le vrai débat commence maintenant Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre LGV : les tracés qui effraient en Provence verte Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 On reparle de la LGV LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? Locale Toulon 6 février 2013 TGV Rhin Rhône : Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 9 janvier 2013 Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 Les anti-LGV repartent au combat Schéma des variantes LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. Bilan CNDP Bulletin du Revest GRAPACA Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" 7 juillet 2014 Des coupes claires à venir dans les projets TGV Copil 12 juillet 2012 TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » Fiches des variantes Toulon Tracé du Beausset à Solliès Manif à Turin : ils étaient 30.000 Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" AG La Farlède 30 novembre 2012 Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 11 juillet 2011 TGV : les viticulteurs ont le train triste Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 LGV PACA une erreur d'aiguillage ? Tracé Nord de la LGV : TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille La SNGC privée de LGV Une campagne pour faire dérailler le train FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 12 juillet 2012 Locale Toulon 7 septembre 2012 En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte"
Haut Bas