✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

Nouvelles


Incertitude sur la suite de la concertation - par webMaster le 24/11/2011 @ 17:44

C'est  la confirmation que RFF plie bagage face au rejet de la LGV des métropoles du Sud, mais l'inquiétude puisque le projet continue !!! RFF va-t-il aller se réfugier dans les jupons du gouvernement pour imposer une LGV sur nos territoires depuis Paris ? 
Le préfet du Var tiendra une conférence de presse demain (25 novembre 2011) à 10H00, osera-t-il dire cela ... osera-t-il dire que les réunions publiques sont annulées, mais que le projet continue .... sans les Varois alors qu'ils seront les plus touchés ?
 
Communiqué de presse du Préfet de région Paca (24 novembre 2011)


communique-presse-prefet-paca-24novembre2011.jpg


(Texte du communiqué scanné ci-dessus)
Marseille, jeudi 24 novembre 2011

Concertation pour la LGV- PACA :
Le Préfet de Région s'adresse aux préfets des départements concernés.
 
Le préfet de région, Hugues PARANT, a confié dès la fin 2010 aux préfets des
trois départements concernés (Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes) par la
LGV PACA, le soin d’organiser une concertation départementale sur le projet, afin
de recueillir les avis et observations des populations, associations et élus
concernés.
 
Dans ce cadre, à la suite des réunions des Comités territoriaux et groupes de
travail spécialisés qui se sont réunis au printemps et durant l'été 2011, des
réunions publiques et thématiques se sont tenues depuis le début du mois de
septembre. Celles-ci ne sont donc qu’un des éléments de cette consultation
élargie.
 
Compte tenu des difficultés rencontrées sur certains territoires pour achever ce
cycle de débats, et après avoir consulté le "garant de la concertation", M.
MARZOLF, le préfet de région Provence-Alpes-Côte d’Azur vient d’adresser un
courrier aux préfets des départements concernés, leur demandant d’apprécier
l’opportunité de poursuivre la consultation. Il leur propose de l'interrompre si
les conditions d’un échange serein et constructif n’étaient plus réunies.
 
Le Comité de Pilotage LGV que réunira le préfet de région le 22 décembre 2011
sera l’occasion pour les préfets de département concernés de faire le point sur les
résultats de cette concertation. Une synthèse de ces éléments sera réalisée lors
de cette réunion régionale.
 
Contrairement à ce qui avait pu être annoncé à l'issue du précédent Comité de
Pilotage, il est à noter que ce Comité du 22 décembre 2011 ne sera en aucun cas
décisionnel pour ce qui concerne le choix du tracé et des sillons à retenir.
 
En revanche, il s’intégrera dans le processus de concertation engagé dès le début
de l'année 2011. Il permettra d'identifier les points qui devront faire l'objet d'un
approfondissement par les équipes de RFF, et tout particulièrement ceux qui ont
pu occasionner des crispations et des oppositions lors des débats publics récents.
Ce travail devra être conduit d'ici à l'été 2012.

FR3 - 22 novembre 2011 - par webMaster le 22/11/2011 @ 21:05


Contribution d'un illustrateur provençal - par webMaster le 16/11/2011 @ 14:53

Cliquer sur l'image pour profiter des détails en plus grand
vous devez autoriser les popups


Cadeau provençal



Réunion d'information StopTGVCoudon au Revest avec Ange Musso - par webMaster le 12/11/2011 @ 19:42

 Notre association a réuni jeudi 10 novembre au Revest son Assemblée Générale. Elle était précédée d'une réunion d'information publique où est largement intervenu Ange Musso, maire du Revest-les-Eaux, Conseiller général du Var et chargé à TPM du dossier sur la LGV PACA.

var-matin-revest-stop-12nov2011.jpg

Réponse au Préfet du Var - par webMaster le 27/10/2011 @ 00:26

Suite à la grande manifestation de ce Vendredi 21 octobre, le Préfet du Var a reçu une délégation.
STOPTGVCOUDON était représentée par notre président Olivier Lesage qui souhaite apporter les précisions ci-dessous :

Monsieur le Préfet du Var,

Vous avez  écarté assez fermement ma demande d'étude du tracé hybride afin de savoir quels seraient les impacts et le coût qui, selon les cas, apparaissent sensiblement moins élevés. Votre réponse étant, si j'ai bien compris: « ce tracé ne fait pas partie de la concertation ni des tracés MDS », sous-entendu Toulon n'est pas desservi et donc le ministre n'a pas choisi ce type de tracé.

Je me permets de vous  signaler que page 23/45 mais surtout page 36/45 du rapport "Cousquer" intitulé "Médiation sur la LGV de Provence-Alpes-Côte d'Azur" ce tracé existe bien et je vous en cite quelques extraits : "La gare de Toulon centre réaménagée resterait ainsi la gare TGV et TER, comme souhaité localement" ou encore "il serait donc prudent de s'interroger sur une variante, dénommée "hybride" ... pouvant être considérée comme un complément du scénario MDS".

Voilà de quoi je l'espère éclairer, en toute humilité, votre vision d'un projet qui nous parait déraisonnable.

Olivier Lesage pour STOPTGVCOUDON

Manif Toulon 21 octobre 2011 - par webMaster le 22/10/2011 @ 11:09



Intervention de Stop TGV Coudon lors de la réunion publique de Hyères le 14 septembre 2011 - par webMaster le 15/09/2011 @ 11:50

Mesdames, Messieurs, Bonsoir,                         

Je suis Olivier Lesage, président de l’association STOPTGVCOUDON. Nous avons pu obtenir quelques minutes cette tribune après négociation avec Réseau Ferré de France.

Cette intervention permet de mettre à l’honneur l’IMPORTANT travail du monde associatif qui ose avec courage, dynamisme et détermination, faire face aux promoteurs du projet de Ligne à grande vitesse. Promoteurs parmi lesquels Réseau Ferré de France qui, on le constate
ce soir, emploie de grands moyens pour communiquer (je vous laisse deviner qui paye toute cette propagande !).

Avec STOPTGVCOUDON de nombreuses autres associations se battent pour protéger nos territoires, car le Var, enclavé entre les Bouches-du-Rhône et les Alpes Maritimes, a su garder son âme.
NOTRE VAR, terre de rencontres et d’émotions possède une grande richesse de paysages, un environnement exceptionnel, une agriculture viable et une viticulture reconnue dans le monde entier. C’est ce cadre préservé qui fait l’attrait de notre Var et la LGV PACA va venir impacter fortement nos atouts. Le Var n’est pas prêt de vendre son âme au diable pour quelques minutes, voila notre motivation !!

Oui, nous avons un problème de déplacement, dû à un manque de modes de déplacements locaux, de proximité. Nous avons besoin de tram, de TER avec des cadences régulières pour aller travailler tous les jours. A cette demande légitime, la solution que vous imposez, vous, RFF en collaboration avec certains décideurs, c’est UNE ligne à grande vitesse inadaptée à nos besoins, pour un coût démesuré et qui en fonction des scénarii que l’on va découvrir ce soir occasionnera traumatismes et nuisances à des milliers d’habitants.

Nous avons déjà le TGV à Toulon alors POURQUOI un tel projet ici ? Quelques minutes de gagnées ? Mais à quel prix !

Pour faire accepter VOTRE LGV, vous parlez d’un projet global incluant la rénovation de tout le réseau MAIS partout ailleurs en France les TGV tuent le réseau secondaire. Le subterfuge voire le chantage qui consiste à dire « il faut se payer une LGV pour avoir droit à la rénovation du réseau » est aujourd’hui démasqué. D’ailleurs, les 4 scénarii imposés que l’on va voir ce soir montrent bien la nouvelle ligne LGV mais RIEN sur les évolutions promises du réseau secondaire.

Comment voulez-vous par exemple que la région qui finance aujourd’hui les TER et qui ne sait pas où trouver l’argent pour payer votre LGV puisse demain payer à la fois votre LGV et avantage de TER promis ! C’est IMPOSSIBLE !

Le coût de ce projet pharaonique nous paraissait jusqu’alors démesuré mais il devient carrément INDECENT en période de rigueur. Demander à tous les Varois de participer à travers leurs impôts directs à une telle dépense, pour gagner quelques minutes alors que je me répète « nous avons déjà le TGV à Toulon ».

PLUS GRAVE, ce financement se fera au détriment d’autres structures locales telles qu’hôpitaux, écoles, crèches avec leurs emplois induits qui ont, eux, une véritable utilité publique.

Encore plus grave, il faudra bien dire un jour la vérité sur l’impossibilité de financer ce projet et sur le recours prévu à ce que l’on appelle techniquement un partenariat privé public. Ce montage financier, nous le savons, présente de grands risques. Il laisse entrevoir une augmentation très forte du prix des billets de train et représente de plus, pour nos enfants, de l’endettement supplémentaire avec, on le voit en ce moment une faillite prévisible comme destination finale.

Tout récemment, de nombreux articles de presse, comme ceux parus dans les journaux les Echos ou encore du Canard Enchainé, rappellent que les retombées financières promises des LGV ne sont pas à la hauteur. Pire, que les études se révèlent fausses (elles ont bizarrement une tendance à largement surestimer le nombre de voyageurs !).

Le Président de la République lui-même vient de communiquer les chiffres suivants :

85 % des voyageurs utilisent d’autres trains que le TGV. Les LGV ne transportent donc que 10 à 15 % des voyageurs !!! Investir tout notre argent et même beaucoup plus pour 10% alors que 90% souhaitent autre chose, ce n est pas répondre aux besoins des habitants.

Le mot à la mode est «concertation », mais il reste « vide de sens » pour nombre de décideurs. La quasi-totalité des associations et désormais de nombreux élus dénoncent le fait, qu’avec au moins deux des 4 scénarii que vous proposez vous n’avez pas pris en compte le travail effectué depuis 2005. 1200 scénarii au départ et 4 seulement proposés. Où sont passés les 1196 autres ? Où est la concertation ?

Comment parler de concertation encore quand on bouscule le planning en avançant de 6 mois le choix du scénario ? Pourquoi se réunir ici à Hyères, zone non concernée par les nuisances environnementales !

Vous parlez aussi de « groupes de travail ». Combien d’heures bénévoles avons-nous déjà consacrées à des groupes et des réunions depuis 2005 ? En tant que président de STOPTGVCOUDON je peux témoigner de l’investissement total qui a été le nôtre. Tout ça pour en arriver aux résultats déplorables que l’on constate aujourd’hui, un écrasement total de tout le travail effectué !

Ainsi, ce projet de LGV, le plus cher de tout les projets jamais réalisés en PACA, 20 milliards d’euros, probablement aussi le plus impactant et au final seulement pour le Var 4 réunions publiques de 2 heures … Cela se passe de commentaires ….

Votre vérité n’est pas la réalité. Nous, nous vivons ici. Vous, vous imposez depuis Paris ou Marseille votre projet fou qui doit dévaster nos villes, nos villages, et ruine nos finances.
Dans le contexte actuel, je vous le dis, c’est INDECENT, voire PROVOCATEUR.

Pour la fin de mon intervention, j’en appelle, ce soir, au bon sens, au sens critique des gens de cette salle, REVEILLEZ-VOUS et ne laissez pas faire ce désastre !

Les habitants et élus du moyen Var qui, eux, ne voulaient pas de ce projet, se sont révoltés contre et …ils ont obtenu gain de cause.  Nous pouvons gagner, nous allons gagner, ce projet désastreux doit retourner dans des cartons d’où il n’aurait jamais du sortir.

Madame, Monsieur, le monde associatif a besoin de vous, adhérez et battons- nous tous ensemble !

Merci.

TrainAnimation.gifLGV PACA : stop ou encore - débat public à Hyères le 14 septembre 2011 - par webMaster le 13/09/2011 @ 00:45

Réseau Ferré de France lance le débat public autour du projet de ligne à grande vitesse PACA.

Le 14 septembre 2011 à 19 heures au casino d'Hyères les Palmiers.

Ce débat se lance sans risque et à petite vitesse : à Hyères où les résidents  ne seront pas impactés par les nuisances, mais voient avec intérêt une gare TGV  plus proche que celle de Toulon.

Les riverains du Coudon sont bien plus concernés par les nuisances engendrées par le projet. Et le Conseil municipal du Revest-les-Eaux ne s'y est pas trompé le 5 septembre 2011 en votant à l'unanimité une motion de défiance sur les tracés les plus probables qui impacteraient dramatiquement la commune.

Venez vous informer et faire entendre votre voix.


Source Var-Matin 5 septembre 2011
http://www.varmatin.com/article/web/grand-debat-public-sur-la-lgv-les-14-et-15-septembre-a-hyeres-et-nice

Source Var-Matin 7 septembre 2011
http://www.varmatin.com/article/toulon/lgv-les-elus-revestois-confirment-leur-opposition-au-projet-actuel


publicité RFF pour la réunion publique à Hyères du 14 septembre 2011 sur la LGV PACA

Source : annonce dde RFF Dans Var-Matin

signal.gifInterview débat avec Olivier Lesage sur RCF le 13 septembre 18h15 - par webMaster le 13/09/2011 @ 00:31

rcf.jpgLe président de notre association Stop TGV Coudon, Olivier Lesage était convié à une interview-débat de 40 minutes sur RCF avec face à lui Alain Patouillard, pro-tgv de l’association TGV Développement.

L’interview sera rediffusée en intégralité demain MARDI 13 Sept à 18h15. Les fréquences de cette station sont 105.10 pour Toulon et l’Ouest Var 99.00 pour l’Est du Département.
L'émission pourra être écoutée sur le site web de RCF
http://www.rcf.fr/, en direct ou en rediffusion sous ce lien : cliquez ici. (Vous devez autoriser les popups)

Communiqué de presse du rassemblement des associations - par webMaster le 22/08/2011 @ 11:22

Objet: Demande d’étude comparative entre modernisation du réseau ferroviaire existant et projet LGV PACA par des experts indépendants

Monsieur le Président du Conseil Régional PACA, Mesdames et Messieurs les Conseillers Régionaux,

Les signataires de ce courrier ont pour mission de vous demander de mandater un cabinet d’experts indépendants afin de réaliser une étude qui permette de comparer les avantages et les inconvénients du projet actuel de LGV PACA et ceux de la modernisation des voies ferrées existantes.
Par modernisation des lignes existantes nous entendons notamment: contournement ou enfouissement au niveau des zones sensibles, adoucissement des courbes, réouverture des lignes et des gares fermées, doublement de certains tronçons, aménagements antibruit, emploi des trains pendulaires vendus parAlstom....

Notre demande, en cette période estivale qui voit RFF et le COPIL se livrer à une propagande préoccupante, se fonde sur les éléments suivants :
- Le coût économique astronomique: 18 à 20 Milliards d’euros, selon les sources et aux conditions financières de 2008.
Ce montant n’incluant pas le coût d’exploitation (la consommation électrique augmente avec le carré de la vitesse) ni le coût des infrastructures routières et fonctionnelles nécessaires, ni même la réalisation des lignes THT indispensables. Ceci alors même que selon le rapport Mariton sur le SNIT, les recettes ne  couvriront que 10% du montant (actuel et parcellaire) des investissements.
- l’arc ferroviaire Gènes­Barcelone, qui ne tient aucun compte de la perspective du tunnel du Mont Genèvre financé par la région PACA, ni de l’utilisation, à l’évidence préférentielle de l’avion, de surcroît à meilleur coût, par les utilisateurs de ce trajet, ne constitue qu’un leurre;
- le gain en émission de CO2 généré parce projet n’est absolument pas crédible,
le rapport suédois remis en mai dernier au Parlement Européen en attestant;
- l’absence de perspective d’un essor économique des zones traversées. Tous les experts s’accordent là dessus, y compris ceux de RFF ;
- Le leurre également de la saturation de l’aéroport de Nice dont la fréquentation vient de diminuer nettement depuis deux années consécutives;
- Le leurre enfin du remède miracle à la saturation des autoroutes. Certes, celles-ci sont en parties congestionnées, notamment aux entrées des villes, mais la raison principale de cette situation est le transport de fret, et seuls les transports en commun et en particulier des lignes TER permettant d’augmenter le ferroutage des marchandises pourraient y remédier.
- Le coût environnemental et agricole considérable puisque ce serait au minimum 2000 hectares de terres cultivables et de sites naturels qui seraient
irrémédiablement détruits. Ces destructions seraient encore plus importantes si l’on y intégrait l’assiette des infrastructures nécessaires.
- Le coût humain, tout aussi conséquent pour des centaines de milliers d’habitants qui verraient leurs lieux et leur qualité de vie menacés par les nuisances indissociables du projet proposé, qu’elles soient sonores, hydrogéologiques, vibratoires ou encore électromagnétiques;
- Le système d’épuration sociale au détriment des populations autochtones lié à l’augmentation du prix du foncier, lequel deviendrait très rapidement totalement inaccessible;
- Les PPP, nouvelle « poule aux œufs d’or » pour certains, alors même que ces associations sont garanties voire financées jusqu’à 80% par l’Etat, qu’ils n’enrichissent que les entreprises privées du BTP et qu’ils ont sérieusement obéré les finances du Canada et de la Grande Bretagne qui les ont conclu bien avant la France.

Pour les signataires, l’intérêt général et l’utilité publique consistent bien plus sûrement à répondre aux besoins des habitants de la région: un réseau ferroviaire régional fiable et bien maillé accessible partout, des écoles, des crèches, de l’emploi......
Puisque les accords de Grenelle prévoient la possibilité de « remplacer un projet par un projet alternatif si celui­ci, tout en rendant les mêmes services, coûte moins cher », l’intérêt général et l’utilité publique ne sont vraisemblablement pas de créer pour y rouler en théorie à 300 km/h cette ligne ferroviaire nouvelle de ....200km, qui plus est à un coût kilométrique minimal estimé de 50 à 75 millions d’euros, alors qu’il n’est que de 10 millions d’euros par voie kilométrique supplémentaire dans le cadre de la modernisation des voies existantes.

Pour toutes ces raisons, une analyse alternative et indépendante s’avère d’autant plus indispensable que son coût serait dérisoire au regard des 230 millions d’euros octroyés depuis 2005 à RFF pour des études, qui ne semblent pour la plupart, que des « copies mises à jour» des documents des années 90 et pour les autres, des études dites « fonctionnelles » sans aucun rapport, de l’aveu même du chef de mission, avec la réalité géographique ou topographique des lieux.

Comptant sur la prise en compte de notre demande, guidée, en ces temps de disette budgétaire, par le seul souci de l’intérêt général, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, Mesdames e Messieurs les Conseillers Régionaux en l’expression de notre vive considération.

20 août 2011


Liste des signataires sur la page suivante: au total 17 associations signataires
ASSOCIATIONS SIGNATAIRES
Association pour la Préservation des Espaces Naturels Mer Estérel jcayron@sfr.fr Association Pour la Protection de l’Environnement - LE MUY appel­lemuy@wanadoo.fr
Association Pour la Protection de l’Environnement de Vidauban giraudo.robert@wanadoo.fr
Bioconsom’acteurs Mer Esterel bioconsomacteursmeresterel@gmail.com
Environnement Var jeanmichaud2 @wanadoo.fr
Ethique Environnement: ethiqueenvironnement@gmail.com
Fédération Indépendante de Sauvegarde des Contribuables ggoff@free.fr
Gonfaron Nature pg83@hotmail.fr
Lacovar contact@lacovar.com
Parti Occitan Var gerard.tautil@wanadoo.fr
Roque d’Azur (bureau: oui 3, non 1) serignac.gilbert@gmail.com
Stop TGV Coudon olivierlesage83@free.fr
Stop TGV Cuers stop.nuisances.cuers@gmail.com
Territoires Environnement Durable du Var (TDV83) Fréjus geo.tino@orange.fr
UDVN cigales.t@wanadoo.fr
V.I.E. de l’eau var.inondations.ecologisme@hotmail.fr
Collectif citoyen Roquebrunois

À noter :
Le président de Région Verte, M. Noël Perna, ne souhaite pas être signataire mais soutient cette action.
Trois autres associations attendent leur réunion de bureau, fin août, et enverront leur soutien éventuel après cette date.
De nombreuses personnes informées de cette démarche auraient souhaité signer ce courrier à titre individuel.


AVIS DES ORGANISMES PUBLICS:
Le Ministère de l’Ecologie, dans le Schéma National des Infrastructures de Transport préconise d’«optimiser le système de transport existant pour limiter la création de nouvelles infrastructures», en précisant que «les prévisions de transport de marchandises par le rail à l’horizon 2020 sont jugées optimistes et un scénario prévoyant des hypothèses plus prudentes serait souhaitable» et ce d’autant plus que «La capacité rendue disponible grâce à des aménagements mineurs de la ligne existante permet de répondre à la demande globale retenue par RFF à l’horizon 2020 dans des conditions qualitatives acceptables».
Pour sa part, la Cour des comptes, en 2008, met en garde l’Etat sur la rentabilité des LGV en rappelant que «Le lancement de nombreux projets dont la rentabilité socioéconomique est insuffisante est d’autant plus inquiétant que les bilans a posteriori des lignes à grande vitesse mettent en évidence une rentabilité en général bien plus faible qu’espérée initialement en raison d’une sous-estimation des coûts et d’une surestimation du trafic assez systématiques». Dans son rapport public annuel 2010 et au vu de la situation financière du pays, elle préconise donc de «faire mieux avec moins».
Le récent rapport parlementaire de Monsieur Hervé MARITON relatif au Schéma gouvernemental de nouvelles infrastructures de transport vient confirmer les critiques émises par nombre d’élus, d’associations et de citoyens quant à l'opportunité financière, économique et environnementale de construire une quinzaine de nouvelles LGV pour un total de 103 milliards d'euros dans les trente ans à venir. M. Hervé MARITON rappelle que « le faible niveau d'autofinancement de ces investissements par le système ferroviaire via les redevances d'infrastructures est un indice important du faible bénéfice socioéconomique prévisible et devrait inciter à rééquilibrer le SNIT vers les investissements de maintenance et de renouvellement du réseau existant ».
Le rapport d’information du 8 juin du Sénat - groupe de suivi sur l’avant-projet consolidé de SNIT, dirigé par M. Louis NÈGRE - fait état de la nécessité de présenter « une liste de projets hiérarchisés qui répondent essentiellement à une logique d’aménagement du territoire » et relève « que les bilans socio-économiques des différents projets inscrits dans le SNIT ne sont pour l’instant que des approximations ». Le groupe de travail constate «que la contribution du schéma à la lutte contre le changement climatique sera modeste» et que «le Gouvernement doit présenter un schéma des besoins de rénovation des réseaux existants, comportant un diagnostic précis et un échéancier des coûts»
en rappelant «que la création d’un kilomètre d’une ligne LGV coûte 20 à 25 fois plus cher que la régénération ou l’électrification d’un kilomètre de voie ferrée de base».
Enfin, l’Audition du 22 juin dernier de Mme la ministre Nathalie
KOSCIUSKOMORIZET par la Commission des Finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire a souligné que «le projet de SNIT laisse peu de place aux enjeux du renouvellement, de la régénération et de l’entretien, tant pour la route que pour le ferroviaire», que «la capacité à mobiliser les 260 milliards correspondant aux travaux d’infrastructures envisagés est pour le moins incertaine» et que, plus grave, «Les difficultés de financement du programme LGV conduisent l’État à se tourner vers les collectivités territoriales pour des montants considérables, qui risquent de déstabiliser durablement leurs finances».
Ce à quoi, Mme la ministre répondait que «la position de principe du ministère est aujourd’hui de considérer toutes les options, plutôt que de se focaliser sur les LGV (...). C’est le sens des Assises du ferroviaire que je lancerai au mois de septembre: nous voulons demander aux usagers et aux cheminots de dire ce qu’ils souhaitent à l’horizon 2030 ; le désir de LGV peut être celui des élus plus que celui de nos concitoyens».concitoyens».
A titre accessoire, voici un extrait des très intéressantes conclusions d’un rapport de 2009 de l’OCDE : « Les investissements dans la grande vitesse ferroviaire ne sont pas de nature à tempérer de beaucoup le changement climatique et les investissements dans les trains rapides classiques pourraient être nettement plus profitables ».
De surcroît, un rapport établi par des experts suédois en mai 2010 pour le compte du Parlement Européen affirme sur une analyse de faits réels et non d’éléments virtuels comme l’a été l’étude de RFF sur la future ligne Rhin‐Rhône que le gain en émission de CO2 procuré par les lignes LGV est quasi nul.
Enfin, la France disposant déjà d’un réseau de 30 000 kms de rail que l’Etat (via les Conseils régionaux) argue comme n’ayant pas les moyens financiers d’entretenir, la question se pose de la cohérence à créer des milliers de kilomètre de ligne ferroviaire supplémentaires... Ce choix de décider de lignes nouvelles plutôt que d’optimiser le réseau existant est au coeur de l’opposition grandissante de l’opinion publique et politique.
Les autres points qu’il est essentiel de rappeler, sont la dégradation irrémédiable de la qualité de vie des riverains des zones impactées par la création de ces lignes nouvelles ainsi que la destruction d’un riche (voire protégé) patrimoine environnemental agricole ou naturel dans
des régions reposant sur une économie principalement liée à l’agriculture et au tourisme.
Les habitants ont besoin de transports ferroviaires régionaux, pas d’une connexion directe avec Roissy, qui serait pour les Varois, selon le président de la CCI du Var fervent défenseur du projet, le principal avantage de la LGV PACA .
Et pour conclure voici les propos de M. H. du Mesnil, Président de RFF, lors de son audition au Sénat, le 6 avril 2011 (p.15 du compte‐rendu)
« S’agissant des lignes à grande vitesse, il ne revient pas à RFF de décider de l’opportunité des projets. S’il y avait toutefois un choix à faire, je souhaiterais que l’on donne la priorité à la rénovation plutôt qu’au développement du réseau. »

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 9 pages suivantesSuivantFin
COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 1023260 visiteurs

 13 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

11 juillet 2011 Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » 9 janvier 2013 Bulletin du Revest Schéma des variantes FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" Les anti-LGV repartent au combat Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre 12 juillet 2012 Poursuite des études sur la LGV PACA TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 LGV : les tracés qui effraient en Provence verte En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" 7 juillet 2014 Copil 12 juillet 2012 Fiches des variantes Toulon LGV PACA : le vrai débat commence maintenant TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille On reparle de la LGV TGV Rhin Rhône : Tracé Nord de la LGV : GRAPACA Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 Tracé du Beausset à Solliès AG La Farlède 30 novembre 2012 TGV : les viticulteurs ont le train triste Des coupes claires à venir dans les projets TGV Fuseau Toulon-Pierrefeu Locale Toulon 6 février 2013 Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV Fuseau Cuges-Ollioules Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 La SNGC privée de LGV Une campagne pour faire dérailler le train Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 Le Lyon-Turin en danger ? Manif à Turin : ils étaient 30.000 Locale Toulon 7 septembre 2012 Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 RCF 13 septembre 2011 LGV PACA une erreur d'aiguillage ?
Haut Bas