✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

Var-Matin - LGV : le « OUI » qui ne met personne d'accord


LGV : LE « OUI » QUI NE MET PERSONNE D'ACCORD
(article Var-Matin Nice-Matin du 07/12/2005)

Les « pro-TGV » ne pavoisent pas, les « anti » ne sont pas rassurés.
Réseau Ferré de France (RFF), en annoncant hier sa volonté de poursuivre le projet de ligne à grande vitesse en Provence - Alpes - Cote d'Azur, n'a, au final, totalement contenté personne.

La décision reste en effet dans le flou, n'indiquant pas clairement que la solution par le Sud, par Toulon, est retenue, tout en ne l'écartant pas non plus formellement (voir en encadré). RFF suggère en fait « d'approfondir la comparaison des différentes solutions », tout « en prenant pour référence celle de la LGV des métropoles du sud ».
De quoi laisser tout le monde sur sa faim. Ou sur ses gardes.


« Ne pas se faire balader »
Comme Guy Gaspérini, président du Syndicat des vins côtes de Provence, sceptique.
Il le redit : la solution des « métropoles du Sud » qui a « la préférence des grandes collectivités territoriales » comme le répète RFF, « c'est une catastrophe ». « C'est un tracé politique, il fera des drames » martèle M. Gaspérini. Et de prévenir que, si, au bout des études complémentaires, c'est cette ligne sud qui est retenue « les gens réagiront très vivement. On ne salt pas si on pourra retenir les gens en colère très longtemps… » glisse-t-il.

Alain Baccino, à la tête du collectif agricole rassemblant une quinzaine d'associations, est bien décidé, lui aussi, a maintenir la pression. « Nous allons nous réunir pour savoir quelle position adopter » explique-t-il. « Il faut à tout prix rétablir le dialogue et ne pas être écartés des discussions à venir. Si, alors nous ne sommes pas entendus, il faudra une montée en puissance. On ne va pas se faire balader ainsi pendant des années » lance-t-il, ne cachant pas ses inquiétudes.

Pour Stop TGV Coudon, l'affaire est clairement entendue : l'association est certaine que le tracé Sud est d'ores et déjà choisi. Elle y voit « une décision ministérielle en dehors des réalités », une option pour « le tracé le plus cher (on frôle les 19 milliards d'euros TTC), le plus long et le plus dévastateur ». Stop TGV- Coudon annonce déjà qu'elle tentera un recours en conseil d'État.

« Rien n'est exclu »
Une décision qu'Hubert Falco jugera sans doute bien hâtive, « car toutes les possibilités restent ouvertes pour relier les grandes métropoles; il n'y a pas de tracé définitif pour l'instant » scande le maire de Toulon. « La concertation est ouverte, plus que jamais » insiste-t-il.

Concertation : le patron du Conseil général, Horace Lanfranchi, a lui aussi ce mot à la bouche pour certes, soutenir encore la ligne par le Sud (« nous n'avons jamais menti à personne » dit-il), mais pour rappeler qu'il s'agit maintenant « de travailler au tracé le moins pénalisant en matière d'environnement et d'agriculture ».

Les Verts, enfin, verront sans doute dans cette décision tant attendue, au moins un motif de satisfaction dans la mesure où sont prévues aussi par RFF des études pour l'amélioration à court terme des dessertes régionales et du fret, ce qui est un des chevaux de bataille des écologistes.

Bref, à bien y regarder, « rien n'est exclu » en conclut donc Hubert Falco.

« Cette décision veut tout dire et rien dire » analyse de son côté Jean-Marc Mauric (porte-parole du groupement régional d'associatlons contre le TGV).

Pour une fois, même s'ils le disent différemment, tous deux seraient presque d'accord…


RFF VEUT « APPROFONDIR LA COMPARAISON DES DIFFÉRENTES SOLUTIONS »

Le conseil d'administration de Réseau Ferré de France a pris connaissance hier des conclusions du débat public sur la ligne à grande vitesse (LGV) PACA. Et a donc décidé « de poursuivre la préparation du projet. »

Soulignant « la réussite de ce débat », « l'importance de la participation du public, la qualité et la diversité des échanges » qui « ont permis l'enrichissement de la réflexion », RFF fait remarquer que « la grande majorité des participants a insisté sur le bien fondé du projet ».

« Selon la commission particulière du débat public, les nombreuses contributions produites font ressortir trois types de solutions :
la première pour réduire le plus possible la durée du trajet entre Nice et Paris (dit LGV Côte-d'Azur);
la deuxième desservant en chapelet les métropoles littorales (dit LGV des métropoles du sud);
la troisième portent sur des liaisons régionales rapides appuyées sur le réseau existant (dit LGV des solutions alternatives) » résume RFF, rappelant que « la solution de la LGV des métropoles du sud a la préférence des grandes collectivités territoriales comme répondant le mieux à leur vision de l'aménagement du territoire ».

« Études complémentaires »
« Au regard de l'importance des financements nécessaires à la réalisation du projet et des demandes d'études complémentaires formulées au cours du débat, le conseil d'administration a estimé nécessaire d'approfondir la comparaison des différentes solutions en précisant les temps de parcours, les dessertes et les avantages socio-économiques » poursuit le communiqué.

Et de conclure : « Avant d'arrêter le fuseau définitif, RFF lancera en 2006 des études complémentaires destinées à vérifier les performances et la faisabilité des trois solutions; en prenant pour référence celle de la LGV des métropoles du sud, en concertation étroite avec les acteurs locaux. Des études préliminaires seront ensuite engagées sur la base de la solution retenue.

« Afin de répondre aux attentes exprimées au cours du débat, les études porteront aussi sur :
- les conditions du prolongement éventuel du projet vers l'Italie dans la continuité de « l'arc méditerranéen;
- l'amélioration à court terme des dessertes régionales et du fret;
- la desserte du réacteur ITER, qui doit être implanté à Cadarache ».


Rédacteur Ptiteplume
Date de création : 16/12/2005 @ 00:04
Dernière modification : 28/12/2006 @ 22:15
Catégorie : Var-Matin
Page lue 3965 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 1052349 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

Manif à Turin : ils étaient 30.000 En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 Des coupes claires à venir dans les projets TGV LGV : les tracés qui effraient en Provence verte On reparle de la LGV LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? TGV : les viticulteurs ont le train triste Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 AG La Farlède 30 novembre 2012 Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 Fiches des variantes Toulon 11 juillet 2011 La SNGC privée de LGV Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 Bulletin du Revest LGV PACA une erreur d'aiguillage ? 9 janvier 2013 Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre LGV PACA : le vrai débat commence maintenant Tracé du Beausset à Solliès Schéma des variantes Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 Copil 12 juillet 2012 RCF 13 septembre 2011 Locale Toulon 6 février 2013 FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 Les anti-LGV repartent au combat Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 Poursuite des études sur la LGV PACA Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres Fuseau Cuges-Ollioules TGV Rhin Rhône : Locale Toulon 7 septembre 2012 Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? Tracé Nord de la LGV : 12 juillet 2012 Le Lyon-Turin en danger ? Fuseau Toulon-Pierrefeu TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" GRAPACA 7 juillet 2014 Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV Une campagne pour faire dérailler le train
Haut Bas