✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

Le Monde - Le futur TGV Poitiers-Limoges, nouveau grand projet inutile


Parmi les projets de TGV encore envisagés dans l’Hexagone en ces temps d’austérité, la construction d’une ligne de 115 km reliant Poitiers à Limoges est peut-être la plus décriée. N’empêche, après des années de tergiversations, la décision de la déclarer d’utilité publique vient d’être prise in extremis et publiée dans la foulée. L’annonce figure au Journal officiel du dimanche 11 janvier et porte la signature de Manuel Valls, des membres de son gouvernement chargé de l’écologie, Ségolène Royal, et des transports, Alain Vidalies. Le décret correspondant précise que les travaux sont considérés comme « urgents », les expropriations nécessaires pourront durer quinze ans.
Les réactions hostiles se sont multipliées dès le lendemain. Si celles-ci fusent de toutes parts dans ce dossier, c’est nettement moins au nom de la défense de l’environnement que d’une logique d’aménagement du territoire contestée. Dans le camp – fourni – des contres, on trouve certes des écologistes, mais surtout la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) qui a annoncé son intention de déposer rapidement un recours auprès du Conseil d’Etat contre cette déclaration d’utilité publique, ainsi que des collectifs de riverains et de nombreux élus locaux des régions que la nouvelle ligne va laisser en plan.


Deux milliards d’argent public


« C’est une question de rationalité, nous ne sommes pas contre le TGV par principe, précise Jean Sivadière, président de la Fnaut. Nous défendons les bons projets au cas par cas, comme le tronçon Bordeaux-Toulouse, par exemple. Mais là, on va dépenser 2 milliards d’argent public et tracer une indéniable coupure dans le paysage pour un trafic réduit – il n’y aura qu’une seule voie – et une fréquentation faible. »


La ligne à grande vitesse (LGV) entre la préfecture de la Vienne et celle de sa voisine de Haute-Vienne va se faire au détriment des trains Toulouse-Limoges-Orléans-Paris qu’elle va vider de ses voyageurs, pronostiquent ses opposants, et sans doute priver de financements. Or cette ligne classique dessert des territoires enclavés et aurait grand besoin de modernisation. Le maire de Guéret et député de la Creuse, Michel Vergnier (PS), a, entre autres mécontents, laissé poindre sa mauvaise humeur : « Il y a un forcing pour faire cette ligne qui va se heurter au principe de réalité, a-t-il lâché sur l’antenne de France Bleu. Tout indique qu’elle n’est pas prioritaire et qu’il n’y a pas d’argent pour la faire ! »


Au contraire, à Limoges, lundi, la satisfaction était de mise tous mandats confondus : parlementaires, élus du conseil régional, général, de l’agglomération… Marie-Françoise Perol-Dumont (PS), sénatrice et présidente du département de la Haute-Vienne, a admis qu’il leur avait fallu faire le siège du gouvernement pour obtenir l’indispensable déclaration d’utilité publique (DUP) avant que les règles de procédures administratives ne la rendent caduque. « Vendredi, c’était très compliqué d’appeler l’Elysée et Matignon, et nous étions presque gênés de le faire [alors qu’avait lieu la traque des frères Kouachi], mais nous le devions, à deux jours de la date butoir, a admis le député, Alain Rodet, socialiste lui aussi et longtemps maire de Limoges. Quand j’ai appelé l’Elysée, un conseiller du président m’a affirmé que la question serait réglée dans le quart d’heure ! »


Le fait du prince


C’est peu dire que cette confidence au quotidien Le Populaire du Centre a fait bondir Stéphane Lafaye, président du Collectif des riverains impactés, une des organisations associatives très actives dans la lutte contre la future LGV : « Ces élus du Limousin sont les seuls à défendre une desserte qui s’arrêtera en cul-de-sac chez eux !, s’agace-t-il. C’est le fait du prince ! Ça nous révolte, car cette décision ridiculise les institutions de la République. »


De fait, avant de déclencher l’ire de ce collectif qui étudie lui-aussi la possibilité d’un recours devant le Conseil d’Etat, le projet Limoges-Poitiers, lancé en 2004 par le sénateur de la Vienne, Jean-Pierre Raffarin (UMP), alors premier ministre, s’est attiré plus d’une volée de bois vert de la part d’organismes publics. La plus sévère émanant sans doute de la Cour des comptes, qui a rendu en octobre 2014 un rapport sur la grande vitesse ferroviaire.


Les magistrats de la rue Cambon ont noté que le projet « n’avait fait l’objet d’aucune réflexion préalable et ne s’appuyait pas sur une définition des besoins de mobilité des habitants des régions concernées ». Que le coût en était surestimé, la fréquentation sous-évaluée. Pis peut-être : que Réseau ferré de France n’avait pas « rendu compte de manière rigoureuse des positions et débats » qui ont traversé la population. C’est là le principal reproche que partagent les anti-Poitiers-Limoges.
En outre, l’association France Nature Environnement dénonce depuis des années « les impacts désastreux qu’aurait cette LGV sur la biodiversité, les zones humides et les cours d’eau, sur l’économie agricole, sur le cadre de vie ». Mais ses membres s’indignent surtout aujourd’hui de l’effet « le plus grave, irréversible, de cette DUP, sur la citoyenneté ». Ils estiment que celle-ci « discrédite les procédures démocratiques de participation du public et de prise de décision (…) après des années de comédie de “concertation” ». Et concluaient, le 13 janvier, qu’il s’agissait d’une véritable « provocation ».

Source : Le Monde 15 janvier 2015


Rédacteur webMaster
Date de création : 15/01/2015 @ 22:28
Dernière modification : 15/01/2015 @ 22:28
Catégorie : Le Monde
Page lue 1701 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 964107 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" Les anti-LGV repartent au combat LGV : les tracés qui effraient en Provence verte Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 LGV PACA : le vrai débat commence maintenant 9 janvier 2013 FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 Bilan CNDP 11 juillet 2011 AG La Farlède 30 novembre 2012 Locale Toulon 7 septembre 2012 Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 Le Lyon-Turin en danger ? 12 juillet 2012 Tracé Nord de la LGV : Tracé du Beausset à Solliès Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 TGV : les viticulteurs ont le train triste En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" Fuseau Toulon-Pierrefeu Manif à Turin : ils étaient 30.000 On reparle de la LGV Poursuite des études sur la LGV PACA Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 Copil 12 juillet 2012 Des coupes claires à venir dans les projets TGV JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 LGV PACA une erreur d'aiguillage ? TGV Rhin Rhône : GRAPACA TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille Fuseau Cuges-Ollioules Fiches des variantes Toulon Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 Locale Toulon 6 février 2013 RCF 13 septembre 2011 Une campagne pour faire dérailler le train Bulletin du Revest Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? 7 juillet 2014 La SNGC privée de LGV Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres Schéma des variantes
Haut Bas