✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

Blog TV83.info - La Cour des Comptes rejoint l’argumentaire de la Coordination régionale contre la LGV PACA


La Cour des Comptes vient de remettre son rapport sur les lignes à grande vitesse. Elle dénonce certains états de fait (ci après en italique) et par ce bilan, elle rejoint l’analyse que nous faisons depuis plusieurs années de la ligne LGV PACA maintenant dénommée LNPCA (ligne nouvelle Provence Côte d’Azur).

1/ « Le TGV n’est vraiment compétitif par rapport à la voiture et à l’avion, en termes de parts de marché du trafic total entre deux villes, que pour des durées de trajet comprises entre une heure trente et trois heures, soit des distances de 350 à 600 ou 700 km ». (extrait du rapport de la Cour des Comptes)

Par sa longueur d’environ 187 kms, la Ligne Nouvelle PCA ( 17 milliards d’Euros, valeur 2011) ne pourrait pas être compétitive d’autant plus que le projet comporte la création de 5 nouvelles gares dont trois sur ….. 60 km.
Cet argument conforte le projet alternatif des transports de proximité (8 à 10 fois moins cher) que nous avons toujours mis en avant.

2/ « Il est ensuite difficile de parler de « réseau TGV européen » tant sont diverses les pratiques des différents pays du continent en la matière. Dès lors, l’argument d’un réseau européen est rarement pertinent pour justifier la réalisation d’une ligne nationale ».
Par le retrait de Monaco, la Ligne Nouvelle ne pourrait pas être raccordée à l’Italie (6 milliards pour 30 km).

Il n’est donc plus question d’une quelconque connexion au réseau européen.

3/ La Cour des Comptes rappelle que le trafic TGV stagne mais que le trafic TER augmente « posant ainsi la question de la répartition de dépenses entre réseau grande vitesse et réseau classique ».
Là encore, comme nous l’avons toujours soutenu, le budget prévu pour la construction de cette nouvelle ligne (17 milliards estimation 2011) est exorbitant.

Nous devons concentrer les investissements sur l’amélioration du trafic TER utilisé par 80% des usagers de la SNCF.
De plus, le dossier de presse de RFF en janvier 2013, prévoyait le doublement des TER, fin 2014 entre Marseille et Toulon, après les travaux de rénovation des lignes (page11 du document RFF).

À quoi servirait dans ce cas, la Ligne Nouvelle pour les utilisateurs actuels ?
Enfin, la Région épingle la SNCF, sur les retards et annulations de TER en augmentation chaque année (Marseille-Toulon: 14.8% en 2011 et 31.3% en 2014). Ce qui prouve le manque d’investissement antérieur.

4/ «Contrairement à une idée reçue, le TGV n’est pas majoritairement utilisé par ceux dont le gain de temps est la priorité, c’est-à-dire les voyageurs à titre professionnel : les motifs professionnels comptent seulement pour un tiers dans les motifs de déplacement ».
Une fois de plus RFF en voulant séduire une catégorie de voyageurs « professionnels » par le simple gain de temps au dépend du coût, se trompe lourdement.

En effet, la majorité des déplacements en TGV le sont pour des raisons privées qui par nature n’ont pas d’urgence.
De plus:« La période récente a vu apparaître un changement de comportement d’une partie des consommateurs, pour qui le prix devient plus important que la durée du trajet »

Les usagers ne voudront pas payer le surcoût d’une ligne nouvelle pour un gain de temps qui devient secondaire.

5/ « le bilan carbone complet des lignes nouvelles démontre qu’il faut de nombreuses années d’exploitation pour neutraliser les émissions de carbone de la construction, en effet, dans le cas de la ligne Rhin –Rhône, ce n’est que 12 ans après sa mise en service que la ligne deviendrait neutre en carbone ».

Le coût carbone de la construction la Ligne Nouvelle PCA avec ses 60 km de tunnels et ses nombreux ouvrages d’art, serait énorme. Il faudrait de nombreuses décennies avant qu’il ne s’équilibre. Ces grands projets aggravent la situation alors qu’il y a urgence à lutter contre le réchauffement climatique.

6/ « En ce qui concerne le développement économique, il existe un contraste entre l’opinion générale suivant laquelle une LGV est toujours un facteur positif de développement économique et les quelques études scientifiques qui dressent un bilan plus neutre. Selon ces dernières, une région déjà dynamique le reste, avec ou sans LGV. Une région en difficulté le reste aussi et les exemples d’activités qui se développent autour des infrastructures ferroviaires nouvelles correspondent plus à des déplacements qu’à des créations nettes ».

Nous l’avons toujours affirmé, en prenant exemple sur la situation du grand Est où l’emploi en Alsace et en Lorraine a baissé respectivement de 2.3% et 5%, depuis l’ouverture de la LGV (commission Quinet et Université de Reims) et ou il est noté que les nouveaux entrepreneurs qui s’implantent sont de la région.

7/ « Les coûts de construction des LGV n’ont pas cessé d’augmenter au cours des 30 dernières années. De 4,8 M€ le km (2003) pour Paris-Lyon, on est passé à 26 M€/km aujourd’hui. ».
« La dérive entre estimations et réalisations a été en moyenne de 17 % entre la DUP et la mise en service pour les cinq LGV ayant fait l’objet d’un bilan a posteriori. »

« De même, les coûts d’exploitation tendent à être plus élevés que prévu, le double par rapport aux prévisions pour les LGV Nord ou bien Rhône-Alpes Méditerranée. Les prévisions de trafic sont rarement réalisées. En régime de croisière, sur six LGV ayant donné lieu à un bilan de ce type, une seule, Paris-Lyon, a un trafic supérieur aux prévisions, cinq un trafic inférieur dont l’une, la LGV Nord, un trafic inférieur de moitié. En moyenne, les prévisions sont trop optimistes de 24 %. Dès lors, la rentabilité est toujours inférieure aux prévisions et a eu tendance à se dégrader à mesure que les lignes les plus profitables étaient réalisées »

Là encore, nous n’avons eu de cesse de souligner la dérive budgétaire de la Ligne Nouvelle PCA et ses 17 milliards (valeur 2011) pour185 km soit plus de 90 millions d’euros au km, ce serait le projet le plus cher de France. le projet lors du débat public en 2005 était estimé entre 5 et 7 milliards….nous ne sommes déjà plus dans le cadre qui a été débattu.

En matière de dérive, que dire des membres du Comité de Pilotage du projet (COPIL) qui n’ont pas hésité à ajouter 86 millions d’euros aux 135 millions déjà versés en 2005 pour un financement d’études, jamais justifié.

8/ « L’investissement dans les LGV est soumis à une évaluation socio-économique dont les résultats, même négatifs, s’effacent fréquemment devant des processus de décision conduisant à des réalisations dont la pertinence est parfois contestable. Cette tendance est renforcée par un recours croissant aux financements des collectivités territoriales. Ces interventions appellent des contreparties pouvant aller à l’encontre de la rationalité de l’investissement dans la grande vitesse, comme l’illustrent les projets les plus récents ».

Il est à prévoir que nos impôts locaux viendraient à la rescousse de ce dossier, ô combien dispendieux par les relais que nos collectivités territoriales prendraient pour éponger la dette à venir. Tous les habitants de la Région PACA devraient payer.
Il y a bien un problème de gouvernance dans la décision de ces grands projets.

9/ « En France, en principe, l’étape-clé du processus de réalisation d’une infrastructure de transport est la déclaration d’utilité publique (DUP) qui conditionne la réalisation du projet. Or l’expérience montre que cette étape est noyée dans le processus d’ensemble où les effets d’annonce successifs finissent par valoir décision ».

Et toujours selon la Cour des Comptes : « la prise de décision est en principe fondée sur de étapes successives mais dans les faits, elle est irréversible »
De surcroît : « la loi de programmation pluriannuelle de finances publiques du 31 décembre 2012 impose pour les gros projets, une contre expertise indépendante. »

Notre demande de contre expertise indépendante, maintes fois réitérée a toujours été refusée, nos observations et propositions systématiquement rejetées.
Qu’en est-il de la concertation auprès des habitants de la région (et de l’avis des élus locaux) ?

Il est à craindre, compte tenu de l’importance des budgets déjà engagés et pour répondre au mieux aux attentes mégalomanes de certains élus, que les résultats de la DUP ne seront pas pris en compte, ce qui entraînera immanquablement de violentes manifestations d’opposition d’une population qui aura le sentiment à juste titre, de ne pas avoir été entendue (l’actualité nous rappelle quelle conséquence cela peut avoir).

À la lumière de ces quelques arguments objectifs, le projet de LGV PACA ou Ligne Nouvelle PCA n’a plus de légitimité et nous mettons en demeure RFF et les décideurs , d’arrêter ce projet, les études et les appels d’offre coûteux et dorénavant inutiles, qu’à défaut leur responsabilité serait engagée dans toutes les dérives possibles liées à ce projet telles que démontrées ci dessus.et leurs conséquences potentiellement dramatiques.

Correspondant Var

Didier CADE
318, chemin de Fontanieu bis 83740 LA CADIERE D’AZUR didier.cade@gmail.com

Correspondant Alpes Maritimes

Serge JOVER
17, avenue Bellevue 06270 VILLENEUVE-LOUBET serge.jover@wanadoo.fr

Correspondant Bouches du Rhône

Alex AMBERTO
16, avenue Maguy Barbaroux 13400 AUBAGNE amberto.alex@neuf.fr

Source Blog TV83 du 12 novembre 2014


Rédacteur webMaster
Date de création : 12/11/2014 @ 12:41
Dernière modification : 22/11/2014 @ 18:11
Catégorie : Blog TV83.info
Page lue 2484 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 1053985 visiteurs

 15 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

Des coupes claires à venir dans les projets TGV TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? TGV Rhin Rhône : Le Lyon-Turin en danger ? Schéma des variantes Fuseau Toulon-Pierrefeu Fiches des variantes Toulon Tracé Nord de la LGV : AG La Farlède 30 novembre 2012 Copil 12 juillet 2012 12 juillet 2012 GRAPACA Les anti-LGV repartent au combat LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. LGV PACA : le vrai débat commence maintenant 9 janvier 2013 Locale Toulon 7 septembre 2012 TGV : les viticulteurs ont le train triste LGV PACA une erreur d'aiguillage ? TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille LGV : les tracés qui effraient en Provence verte Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV Une campagne pour faire dérailler le train 7 juillet 2014 Manif à Turin : ils étaient 30.000 On reparle de la LGV Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 Poursuite des études sur la LGV PACA Fuseau Cuges-Ollioules Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 Locale Toulon 6 février 2013 Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 La SNGC privée de LGV FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 Bulletin du Revest 11 juillet 2011 En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" RCF 13 septembre 2011 Tracé du Beausset à Solliès Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres
Haut Bas