✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

EITB - En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte"


Des chercheurs économistes basques remettent en cause les principaux arguments du développement des Lignes à Grande Vitesse, et invitent la Navarre à changer de position sur le sujet.

La Fundación Sustrai Erakuntza a présenté hier à Pampelune/Iruña une étude économique sur la rentabilité financière, sociale et environnementale du Train à Grande Vitesse en Navarre, à un moment où la volonté politique de l'Espagne de construire un réseau exceptionnel de lignes LGV, par un investissement de 50 milliards d'euros sur les sept prochaines années, fait débat outre-Pyrénées.

Se basant sur les travaux de trois chercheurs en économie de l'Université du Pays Basque et avec la collaboration d'un confrère de l'Université de Navarre, cette étude de 94 pages rappelle que le contexte de crise économique mondiale produit une re-lecture obligatoire des priorités financières, en même temps qu'une évaluation de l'impact environnementale, qui ne peut être motivée par la seule recherche d'alternative à la raréfaction des énergies traditionnelles.

Ainsi, la stratégie du tout-LGV, portée avec la même insistance politique en France qu'en Espagne, soulignent les rédacteurs, doit prendre en compte le contexte international de non-viabilité économique de ce modèle de transport tel qu'observé en particulier en Europe.

Le prix du billet ne suffit pas à couvrir les dépenses faramineuses de construction engendrées (en moyenne 17 millions d'euros par km), et ce modèle de déplacement ne parvient pas à concurrencer l'avion sur des distances supérieures à 500 km (que cela soit pour les voyageurs ou le fret).

Rappel est ainsi fait de l'obligation actuelle de l'Espagne de continuer à financer l'exploitation des LGV sans recevoir aucune recette en retour.

Et de citer le cas cauchemardesque de la ligne LGV entre Tolède et Albacete, où l'Etat espagnol doit financer le fonctionnement du tronçon à raison de 18.000 euros par jour sur une ligne qui accueille 16 voyageurs en moyenne quotidienne.

Un effet contre-productif, constatent-ils, quand une telle mission de service public est fragilisée, rappellent-ils, par un objectif de rentabilité (et donc de choix faits) par des consortiums privés.

Si le réseau envisagé en Espagne de la LGV permet de relier la plupart des capitales de régions à Madrid, le constat est fait d'une fragilisation des voies dites secondaires, celles permettant essentiellement d'éviter aux citoyens de ne pas prendre leurs voitures.

Un échec de réduction des gaz à effet de serre, quand, rappellent-ils, l'économie de CO2 faite entre le train et la voiture doit intégrer l'impact énorme lié à la construction de ces lignes.

Un choix que, dès 2009, la Suède refusait, un Comité d'Experts environnementaux déterminant à cette époque que "la construction de LGV ne devrait pas être vendue aux citoyens comme une politique verte, ni en Suède ni dans tout autre pays européen où ces projets sont prévus".

Seule une motivation politique fondée sur une vision libérale peut dès lors conduire à un forcing sur ce type de projets, estiment-ils, caractérisés par une absence de transparence sur les coûts réels et sur l'ampleur des sur-coûts inévitables, sur une tarification très élevée pour les voyageurs qui ne peut donc correspondre au besoin général.

La seule démonstration politique qu'attendent ces chercheurs serait de montrer avant toute chose la possibilité concrète de faire quitter les marchandises des routes pour les mettre sur le réseau de voies existantes, avant de faire le pari que l'offre doperait la demande.

"La Navarre devrait reconsidérer sa stratégie de développement ferroviaire", concluent-ils, "la crise financière et énergétique traversée devrait conduire à prioriser l'existant avant de se lancer dans des investissements insoutenables en termes de finances publiques et d'impacts environnementaux".

Rappel est ensuite fait que la Fundación Sustrai Erakuntza est un organisme sans but lucratif fondée en août 2010, et que son rôle consiste à apporter des éléments nouveaux au débat social, politique et technique de la Navarre.

Source : http://www.eitb.com/fr/infos/environnement-et-science/detail/768017/en-navarre-etude-conclut-lgv-non-rentable-non-verte/

Rédacteur webMaster
Date de création : 04/11/2011 @ 09:45
Dernière modification : 23/11/2014 @ 08:56
Catégorie : EITB
Page lue 4614 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 924898 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

LGV : les tracés qui effraient en Provence verte Manif à Turin : ils étaient 30.000 Fiches des variantes Toulon On reparle de la LGV Tracé Nord de la LGV : 7 juillet 2014 Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres Tracé du Beausset à Solliès Fuseau Toulon-Pierrefeu Poursuite des études sur la LGV PACA Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 Locale Toulon 6 février 2013 Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" GRAPACA JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 9 janvier 2013 RCF 13 septembre 2011 12 juillet 2012 Copil 12 juillet 2012 Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 LGV PACA : le vrai débat commence maintenant LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 Des coupes claires à venir dans les projets TGV Le Lyon-Turin en danger ? TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille Fuseau Cuges-Ollioules AG La Farlède 30 novembre 2012 Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre Bulletin du Revest Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 TGV Rhin Rhône : LGV PACA une erreur d'aiguillage ? En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" La SNGC privée de LGV Les anti-LGV repartent au combat Schéma des variantes 11 juillet 2011 TGV : les viticulteurs ont le train triste En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" Modalités d'élaboration des grands projets ferroviaires Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » Une campagne pour faire dérailler le train Locale Toulon 7 septembre 2012 Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV
Haut Bas