✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

Le Ravi - La bataille duraille


Par leravi - 1er/01/2005

Le projet de ligne à grande vitesse entre Marseille et Nice va devenir le centre de toutes les discussions en 2005. Parce qu’il va rapprocher Nice de Marseille et de Paris, réinscrire la région dans une logique européenne et représenter surtout un investissement colossal qui aura des répercussions locales et brutales. Plus qu’ITER, c’est l’infrastructure qui pourrait changer la vie quotidienne de centaines de milliers d’habitants de la région.
Le débat public qui va se dérouler en PACA sur la création d’une nouvelle ligne à grande vitesse (LGV) rappellera à certains l’aventure épique du TGV Méditerranée, objet d’un combat acharné entre les associations et la SNCF. Or c’est à la suite de ce combat, et pour éviter que des projets ne s’enlisent à nouveau dans la contestation, que l’Etat a voulu encadrer la concertation sur les grands projets d’aménagement, en créant en 1995 la Commission nationale du débat public. Cette commission a nommé son vice président Philippe Marzolf pour mener le débat public sur la LGV PACA, avec l’appui de cinq autres personnalités (dont trois sont originaires de la région) qui forment une commission particulière du débat public.


Mais cette commission n’arrive pas en terrain vierge. Depuis novembre 2003, les élus (1), le préfet de Région et Réseau Ferré de France se réunissent au sein d’un Comité d’orientation qui semblait avoir fait son choix entre les trois solutions proposées par RFF (voir encadré). La solution retenue en juin 2004 laissait Marseille de côté pour rejoindre directement une gare au Nord de Toulon, puis Nice (desserte sur deux axes). Le préfet de région pouvait se rassurer et demander que le débat public ait pour but de « faire partager le plus largement le constat déjà dressé par les grands élus ». Bel exercice de démocratie participative en perspective...
Las ! C’était sans compter sur la sagacité des élus marseillais qui se réveillent huit mois après le début des réunions et proposent une solution technique, passant par Marseille, qui figurera dans le dossier du débat. L’empoignade aura donc bien lieu et les réunions publiques de débat devraient faire le plein au moins dans les Bouches-du-Rhône et le Var.


« On fait une LGV pour que les Parisiens soient plus vite au soleil, sans rien faire pour développer l’offre régionale qui concurrencerait enfin la voiture »
Personne ou presque ne conteste aujourd’hui l’opportunité que constitue une LGV entre Marseille et Nice. Conçue pour rapprocher Nice du Nord de l’Europe, elle intéresse les marseillais en construisant cet « arc méditerranéen » entre Gênes et Barcelone dont la cité phocéenne serait le pivot. Enfin, RFF et la SNCF y voient pas mal d’avantages : prendre des parts de marché à l’avion (l’aéroport de Nice arrive à saturation), sans dépenser trop. En effet, les financements des LGVs sont désormais assurés en moyenne aux trois quarts par l’Etat et les collectivités. Et le coût prévisible au kilomètre pour la LGV PACA (25 millions € environ) est le double des autres LGV, du fait des nombreux tunnels nécessaires quels que soient les tracés. Or, ce que les collectivités investiront dans la LGV, elles ne pourront pas l’investir ailleurs.
C’est ce que disent en substance une partie des associations de protection de l’environnement : on fait une LGV pour que les Parisiens soient plus vite au soleil, sans rien faire pour développer l’offre régionale qui concurrencerait enfin la voiture. Le Conseil Régional a pourtant pris plusieurs engagements pour multiplier les TER : en augmentant les cadences et les temps de trajet sur la ligne Marseille-Vintimille existante, il projette d’établir une offre semblable au RER parisien. Or, cette offre n’est pas compatible avec les TGV sur la même ligne, à moins d’investissements énormes. RFF promet ainsi que la LGV servira à « désaturer » la ligne actuelle. Reste la difficulté de connecter les nouvelles gares TGV au réseau TER, point sur lequel les associations semblent très mobilisées.


Du point de vue des transports, donc, la LGV pourrait ne faire que des heureux. Mais le train ne sert pas qu’à se déplacer : c’est un des outils privilégiés de l’aménagement du territoire. Créer de nouvelles gares, c’est connecter des territoires, créer des centralités sur lesquelles viennent naturellement se greffer des activités et des logements. Sur ce point, les élus régionaux sont moins à l’aise. Si le conseiller régional chargé des transports, Gérard Piel, est présent aux réunions d’orientation, son collègue chargé de l’aménagement du territoire, Christophe Castaner, n’y met pas les pieds. Par ailleurs, la commission particulière est déjà avertie que les grands élus sont d’accord pour que chacun s’exprime chez soi et n’aille pas déterrer la hache de guerre chez le voisin. Difficile dans ces conditions d’imaginer un débat régional à la hauteur des enjeux : le mitage des paysages, le « nappage pavillonnaire », la disparition des terres agricoles, la mono-activité touristique, la spéculation foncière, etc.


RFF, le maître d’ouvrage, se plaint lui-même de ne pas voir émerger de projet de territoire autour de la LGV. Et semble vouloir rompre avec la négociation au coup par coup avec chaque élu dans son coin. Ainsi le responsable des études LGV de conclure le document de synthèse présenté aux acteurs : « s’il nous semble qu’une LGV PACA grande vitesse et grande capacité trouve toute sa justification (...), ce n’est pas tant comme le résultat d’une démonstration, mais plutôt comme une impression d’ensemble, comme une impossibilité (la nôtre) de trouver mieux. » Une forme d’invitation au débat...


Etienne Ballan
(1) Conseil Régional PACA, conseils généraux du Var, des Bouches du Rhône et des Alpes Maritimes, communauté urbaine de Marseille, communautés d’agglomération de Toulon et de Nice. Le préfet n’a pas souhaité que la communauté du pays d’Aix soit représentée.


Rédacteur AigleNoir
Date de création : 20/09/2005 @ 16:57
Dernière modification : 27/11/2014 @ 18:21
Catégorie : Le Ravi
Page lue 3916 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 1053268 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 Fuseau Toulon-Pierrefeu LGV PACA une erreur d'aiguillage ? 7 juillet 2014 Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV LGV : les tracés qui effraient en Provence verte TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? Les anti-LGV repartent au combat Manif à Turin : ils étaient 30.000 Poursuite des études sur la LGV PACA Fiches des variantes Toulon Tracé Nord de la LGV : En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" RCF 13 septembre 2011 On reparle de la LGV Locale Toulon 7 septembre 2012 Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? Une campagne pour faire dérailler le train Copil 12 juillet 2012 Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 11 juillet 2011 12 juillet 2012 FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. Des coupes claires à venir dans les projets TGV Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" Schéma des variantes Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres 9 janvier 2013 Locale Toulon 6 février 2013 LGV PACA : le vrai débat commence maintenant La SNGC privée de LGV Tracé du Beausset à Solliès Fuseau Cuges-Ollioules En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" TGV : les viticulteurs ont le train triste Le Lyon-Turin en danger ? AG La Farlède 30 novembre 2012 Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 Bulletin du Revest TGV Rhin Rhône : JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 GRAPACA
Haut Bas