✉ Contact

J' mon terroir, je dis NON à la LGV / LNPCA

Le Ravi - Toulon ne veut pas rester en rade


Par leravi - 1er/01/2005

Le Var ne veut pas être une zone de transit entre Marseille et Nice. Mais l’hypothèse de la création d’une gare TGV au Nord de Toulon suscite déjà de fortes réserves.
En apparence, rien d’encore très spectaculaire. La Commission particulière du débat public (CPDP) va ouvrir un bureau à Toulon, après l’avoir fait cet été à Marseille et en décembre à Nice. Le public pourra y consulter les documents produits par RFF (Réseau ferré de France) sur le projet de la future ligne à grande vitesse (LGV). En réalité, il s’agit de la première étape d’une série d’initiatives, rencontres thématiques et autres réunions de synthèses, dont l’issue marquera durablement l’avenir de tout le département. Même si, sous sa forme officielle, le grand débat annoncé ne déboule pas encore à l’allure d’un TGV, les discussions mènent déjà grand train. Dès mars 2003, Hubert Falco, le maire de Toulon, avait sonné la charge pour tempérer les ardeurs des élus des Alpes-Maritimes pressés de voir Nice reliée à Paris à la plus grande vitesse possible. « Le Var n’est pas une réserve d’indiens ! Nous ne pourrons être seulement une voie de transhumance », s’était-il exclamé dans les colonnes de l’hebdomadaire Le Point. Une réaction à l’un des scénarios envisagés faisant filer la LGV au centre du Var en zappant l’agglomération toulonnaise. Depuis, les responsables des deux départements s’efforcent de s’afficher unis sur le thème « obtenons ensemble le TGV, nous nous entendrons plus tard sur son tracé ». A la direction de la communication de ville de Toulon, le discours reste toutefois inchangé : « 500 000 personnes ne peuvent être à l’écart du TGV. Il faut donc réfléchir à l’implantation d’une gare dans ce bassin de vie. »

« A Cuers, je ne veux surtout pas qu’on vienne défigurer la commune, supprimer nos terres agricoles, remettre en cause notre qualité de vie. »
Guy Guigou, maire et conseiller général de Cuers De fait, sur les vingt scénarios étudiés par le maître d’œuvre, les trois retenus par le comité d’orientation (Etat, Conseil régional, Conseils généraux, agglomérations, RFF) pour être « approfondis » évoquent un passage du TGV dans la zone nord de Toulon. « Dans le Var, on vit un régime centralisé autour d’Hubert Falco, déplore Philippe Chesneau, élu toulonnais Vert au Conseil régional. Quand il dit quelque chose, ses troupes se mettent au garde-à-vous. Or, sa préférence va clairement à la création d’une gare TGV à Cuers. Cela ouvre pourtant la perspective du passage de l’autoroute de 2 X 2 voies à 2 X 3 voies à un coût prohibitif. Cela promet la perspective d’une montagne de voitures engorgeant plus encore l’agglomération de Toulon ». Guy Guigou, le maire et conseiller général PCF de Cuers, préfère pour l’instant temporiser. Il peut encore en prendre le temps : le premier débat public dans sa ville est programmé le 5 mai. « Tout reste encore à l’état d’hypothèses, souligne-t-il. Nous ne sommes pas contre le progrès et le TGV est une réalisation moderne. A Cuers, je ne veux surtout pas qu’on vienne défigurer la commune, supprimer nos terres agricoles, remettre en cause notre qualité de vie. Installer une gare, c’est sacrifier dix hectares. Tout dépend de ce qu’on va concrètement nous présenter. »

Les associations rassemblées dans la Fnaut-Paca (Fédération nationale des usagers des transports) voient avec la plus grande inquiétude le scénario d’une gare « nord Toulon » se mettre en place. « Une gare à Cuers serait une catastrophe, s’indigne Pierre Quilliet, président de l’association des voyageurs du moyen Var. A Avignon, le parking de la gare TGV, une agglomération d’environ 200 000 habitants, s’étendra bientôt sur 30 hectares. Imaginez la taille de celui qu’il faudrait construire à Cuers dans une zone deux fois plus peuplée ! Même si cette gare est reliée avec un TER à celle de Toulon, les habitants de la Seynes, d’Ollioules, de Sanary et de Hyères ne pourront pas s’y rendre en train. Et si les Toulonnais sont contraints d’utiliser leur voiture, au final, il leur faudra toujours autant de temps pour aller à Marseille ou à Paris ». En mairie de Toulon, on invoque d’autres arguments : la trop grande densité de la ville, le risque de créer un aspirateur à voitures en plaçant la gare TGV au centre. « L’exemple de Marseille prouve le contraire, conteste Philippe Cretin, responsable de la Fnaut-Var. Le parking adjacent à la gare SNCF n’est jamais plein. Les gens ne viennent pas en voiture prendre leur TGV. Je crois surtout qu’Hubert Falco a cru qu’obtenir une gare nord Toulon était un bon compromis avec les Niçois en garantissant de ne pas casser la vitesse de leur TGV. Techniquement, on peut pourtant laisser filer vers Nice à grande allure au nord de Toulon certains TGV et détourner tous les autres au centre de Toulon en empruntant la ligne classique. »

« Sans le dire, les élus tentés par une nouvelle gare en périphérie sont surtout séduits par des perspectives de spéculation immobilière. »
Le choix du tracé n’est pas qu’une affaire, aussi importante soit-elle, d’équilibre entre le rail et la route. « Sans le dire, les élus tentés par une nouvelle gare en périphérie sont surtout séduits par des perspectives de spéculation immobilière, juge Frédéric Laugier de la Fnaut-Paca. Le Var est déjà une valeur montante sur un marché qui n’a vraiment pas besoin d’une nouvelle flambée à la hausse ni de constructions anarchiques supplémentaires de résidences secondaires. Le sort des ménages à faible revenu serait un peu plus dégradé. » Sur ce registre, le scénario d’une nouvelle gare du côté de Brignoles - défendu par exemple par Jean-Claude Pernoud, président du « Train avenir du centre Var » au nom d’un rééquilibrage géographique dans le département - ouvrirait la porte à une urbanisation aux contours incertains. « Le coût serait élevé pour une rentabilité faible, cette hypothèse est incertaine et pas forcément source de développement économique », reconnaît-on officieusement en mairie (divers droite) de Brignoles. Un autre scénario semble bien plus avancé : celui qui envisage la création d’une deuxième gare TGV dans le Var entre les Arcs et le Muy. Installée sur un nœud ferroviaire « historique » au carrefour des dessertes entre Draguignan et Saint Raphaël, ce projet suscite pour l’heure un assez large consensus. « Le processus qui débute est réellement ouvert, assure Bernard Gyssels, chargé de mission pour RFF. Nous attendons vraiment que tous les gens puissent s’exprimer. » Faudra-t-il encore que leurs objections soient aussi prises en compte.

Michel Gairaud

Rédacteur AigleNoir
Date de création : 20/09/2005 @ 16:55
Dernière modification : 27/11/2014 @ 18:28
Catégorie : Le Ravi
Page lue 4103 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

COLAC

Collège des acteurs

COPIL

Fermer Communiqué de presse

Fermer Compte-rendu

Fermer Présentations

Fermer Variantes

Thèmatiques
Dossiers
Chronologie
Documents en stock
Médiation 2008
Notre dossier décideurs
Visites

 1052437 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

Contre l'intox

Contre l'intox, quelques vérités.
Ne vous laissez pas manipuler.
Indignez-vous !


Je ne suis pas concerné car je n’habite pas sur le tracé FAUX !

Réponse: Même si le bruit peut porter très loin, la LGV ne devrait pas perturber au-delà de 10KM. Sauf que des villes comme Le Revest, La Valette, La Farlède, La Crau …restent dans ce périmètre.
Si certains pourront échapper à la pollution sonore, tous subiront son coût.
Comme l’état se désengage et l’Europe ne s’engage pas, c’est la région qui devra payer une bonne partie de l’addition qui s’élevait déjà en 2009 à 15 000 millions d’euros.
Par exemple, un contribuable de La Coupiane, à La Valette va payer 3 fois: une fois au titre de la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée, une fois au titre du Conseil général du Var et une fois au titre du Conseil régional PACA. Notre imposition va donc exploser.

Le maire de ma commune me l’a promis, le tracé ne passe pas par chez nous FAUX !

Réponse: Les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Actuellement le fuseau MDS (Métropoles du Sud ) a été choisi, les études techniques sont en cours, de nombreux sondages de sols seront effectués et la déclaration d’utilité publique n’aura lieu que vers 2014, elle comprendra alors un fuseau étroit de 500 m. D'ici là, Stop TGV Coudon, en contact permanent avec RFF (Réseau Ferré de France) communiquera sur ce site les information à sa connaissance.
A ce stade des études, personne ne connaît le tracé qui sera retenu en fonction d'impératifs techniques.
On peut juste faire des suppositions, à partir des études réalisées par l’ AUDAT (agence d’urbanisme de l’Aire Toulonnaise).

Le classement du COUDON du 9 décembre 2010 empêche le passage de la LGV. FAUX !

Réponse: Malheureusement non, le classement ne peut pas empêcher le passage de la ligne à grande vitesse.
La LGV est dite d’utilité publique aussi elle peut passer sur des sites protégés, classés, comme le Coudon ou les Maures.
Partout en France RFF a construit des ouvrages qui empiètent sur des zones classées.
Il a par contre plus de contraintes à respecter et donc un coût supplémentaire à construire dans ces zones.
C’est pourquoi STOPTGVCOUDON était très favorable au classement du Coudon et est intervenu auprès du commissaire enquêteur pour l'appuyer..

Cette LGV PACA, c'est l'avenir. FAUX !

Réponse: Pour tout projet il convient de faire un bilan avantages inconvénients.
 La LGV PACA apporterait un gain de 8 minutes sur un trajet Paris Toulon mais une délocalisation probable de la gare vers la périphérie même si la situation actuelle d’une gare au centre ville est satisfaisante pour les voyageurs. Et bien d’autres nuisances graves sur notre environnement comme sur nos finances.
Ce n’est pas un projet d’avenir c’est une menace que tous refusent (cf les manifestations de tout le Haut Var, de la communauté d’Aix, communauté de communes d'Aubagne …)
Même pour la SNCF la LGV devient un gouffre qui ne cesse de plomber les comptes.

Nos amis Niçois ont besoin d'une meilleure desserte ferroviaire. VRAI MAIS...

Réponse: Vrai, mais l’objectif d’un bon temps de parcours pour desservir Nice et désengorger son aéroport n’est pas optimisé par le choix du tracé Métropoles du Sud. Le tracé Côte D’Azur (passage dans le moyen Var) était plus performant, moins cher et plus réaliste.

En voir plus... En voir plus...

Nos informations les plus lues

Compte-rendu COTER 7 décembre 2011 On reparle de la LGV 9 janvier 2013 Des coupes claires à venir dans les projets TGV Bulletin du Revest En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" TGV Est : du champ de fleurs au champ de bataille JT FR3 Locale Toulon 12 juillet 2012 Fuseau Toulon-Pierrefeu Journal régional de FR3 le 19 octobre 2012 11 juillet 2011 Après le TGV Rhin-Rhône, les lignes qui se feront... et les autres RCF 13 septembre 2011 Discours des représentants des agriculteurs - manif 10 décembre Locale Toulon 7 septembre 2012 Tract mai 2009 : 10 raisons objectives pour rejeter le scénario des « Métropoles du Sud » LGV PACA : le vrai débat commence maintenant Bienvenue chez les Gautier, à six mètres de la ligne TGV Schéma des variantes En Navarre, une étude conclut sur la LGV "non rentable, et non verte" LGV PACA une erreur d'aiguillage ? Copil 12 juillet 2012 Fuseau en 3D c2-d2-e1-f1 AG La Farlède 30 novembre 2012 AG La Farlède 30 novembre 2012 FR3 Locale Toulon du 19 octobre 2012 Une campagne pour faire dérailler le train TGV Rhin-Rhône : les Alsaciens vont-ils payer ? Le Lyon-Turin en danger ? Poursuite des études sur la LGV PACA Frédéric Cuvillier veut "mettre de l'ordre dans le Snit" GRAPACA Fuseau en 3D c4-d1-e5-f2 Fuseau en 3D c3-d6-e2-f1 LGV : les tracés qui effraient en Provence verte Fuseau en 3D c4-d1-e2-f1 TGV : les viticulteurs ont le train triste 7 juillet 2014 LGV Paca : une ligne nouvelle sur les rails en 2040 ? LN PCA/LGV PACA : toujours le même projet. 12 juillet 2012 La SNGC privée de LGV Tracé du Beausset à Solliès Tracé Nord de la LGV : Fuseau Cuges-Ollioules Les anti-LGV repartent au combat Manif à Turin : ils étaient 30.000 Locale Toulon 6 février 2013 TGV Rhin Rhône : Fiches des variantes Toulon
Haut Bas